Mes courses à l’épicerie en vrac

Bonjour à tous, les naturenautes ! Avec moi il ne faut jamais désespérer. 😉 Rassurez-vous, je n’abandonne pas le blog, cependant il est vrai que mes activités se multiplient et que j’ai du mal à donner de la tête partout. Mais les solutions écolos me tiennent toujours à coeur, pas d’inquiétude, et je pense souvent à mon blog, souvent à vous qui me lisez… Et je me dis « tiens il faudrait que j’écrive un article sur tel ou tel sujet »…. et donc bref, me revoilà !
Après mon article sur le vrac alimentaire, j’ai envie aujourd’hui de revenir sur le sujet.

En effet, une épicerie en vrac vient d’ouvrir près de chez moi, et j’ai eu forcément envie d’aller y faire mes courses. Auparavant j’achetais mon vrac à la supérette bio, mais cette épicerie me convient d’avantage dans le sens où elle fait venir le maximum de produits de la région. Donc double avantage, je continue à aller vers le zéro déchet en limitant les emballages, et je fais fonctionner un commerce de proximité qui lui fait travailler les producteurs régionaux, ou au pire français, donc je contribue ainsi à l’économie locale. Les aliments ne sont pas forcément bio, mais je ne crois pas au bio à tout prix, je pense qu’il est plus cohérent de chercher avant tout à consommer localement. Pour en savoir plus sur cette épicerie, j’ai écrit un article ici (quand je vous dis que mes activités se multiplient).

Alors pourquoi un article aujourd’hui ? Eh bien j’ai décidé de montrer que consommer consciemment permet de procurer non seulement des bienfaits pour l’environnement et pour notre santé, mais aussi pour notre portefeuille. Je vais donc faire plusieurs articles pour détailler ce que m’ont coûté mes courses. Et comme pour moi-même j’ai envie de faire un bilan mensuel pour réaliser combien j’ai fait d’économies depuis que j’ai changé ma façon de consommer, je reviendrai vers vous afin de faire un compte-rendu en suivant. Je suis pas trop sympa ?

Donc comment je procède ? Une fois par mois je vais à la boucherie faire le plein de viande. Ca peut parfois durer plus longtemps qu’un mois, car on mange assez peu de viande. La boucherie où je vais s’approvisionne chez des producteurs régionaux. Je fais également mes courses une fois par semaine sur le marché pour tout ce qui est fruits et légumes, pain et fromage, le tout chez les producteurs locaux. Une fois tous les 15 jours, je vais donc maintenant à l’épicerie en vrac pour tout ce qui est pâtes, farine, café et autres produits. Et malheureusement il me reste toujours des produits qui me poussent à aller ponctuellement au mieux à la supérette bio, et au pire au supermarché, comme le papier toilette, les croquettes du matou, le lait, etc. Je tends à m’en passer, mais je n’ai pas encore trouvé toutes les solutions qui me conviennent et qui ne soient pas non plus sources de contraintes, parce que c’est pas le but. Un exemple : le SEUL légume que mes deux fils aiment c’est les épinards. Donc toutes les semaines il y a au moins une fois des épinards au menu (le reste du temps je lutte pour les faire manger). Mais le truc c’est que, mine de rien, je suis une maman solo qui travaille, et donc acheter des épinards frais, les laver, les cuire et pleurer quand je vois le peu de quantité il reste après cuisson, c’est au dessus de mes forces ! Par conséquent j’achète des épinards surgelés au supermarché….

Venons-en au fait. Cette semaine à l’épicerie en vrac, j’ai donc acheté : de la farine, du sucre, du café, du vin rouge, du beurre, des kiwis, des savons, des oeufs et du liquide vaisselle, le tout pour 15,46€.
Au détail ça donne ça :

  • 50cl de liquide vaisselle = 1,13€
  • 10 dosettes de café pour machine Senseo = 1,60€
  • 323g de farine = 0,55€
  • 539g de sucre = 2,64€
  • 75cl de vin = 1,69€
  • 2 savons de Marseille qui sentent trop trop bon = 3,40€
  • 110g de beurre = 2,42€
  • 3 oeufs bio = 0,92€
  • 5 kiwis : 1,11€

Bilan : le sucre, les oeufs et le beurre sont relativement chers. En ce qui concerne ce dernier, j’achète des plaquettes à la supérette bio pour la cuisine, par conséquent celui-ci, qui est un vrai beurre frais en direct du producteur, me sert uniquement le matin sur les tartines. C’est donc un petit plaisir que je me suis fait. Pour le sucre, je n’en consomme pas des quantités astronomiques, donc je ne pense pas en racheter de sitôt. Je verrai sur le mois à quel point ça pèse sur la note globale. Je garde avant tout en tête l’acte écologique. Pour les oeufs, j’ai rarement besoin d’en acheter 6, et encore moins une douzaine. L’avantage ici c’est de ne payer que ce dont j’ai besoin et de ne pas entasser inutilement les produits dans les placards et dans le frigo.

Bon, par contre je suis incorrigible, j’ai encore oublié de prendre une photo. Donc je vous mets la photo de mes courses vrac précédentes, durant lesquelles j’avais acheté du liquide vaisselle (qui n’est pas assez dégraissant donc voilà pourquoi j’en ai racheté un autre cette fois-ci. Celui-là me sert donc pour autre chose), du café, des pâtes (quelque chose comme 300g, qui m’ont fait 3 repas), du poivre, des oeufs, du fromage, des corn flakes (seulement 70g pour faire des roses des sables) et une salade, le tout pour environ 11€, de mémoire.

 

épicerie vrac
Mes courses à l’épicerie vrac

 

Cette façon de procéder pour mes courses n’est vraiment pas contraignante. Déjà je trouve le marché très agréable à faire. Je rencontre les producteurs, qui me donnent des conseils de consommation, de cuisine, et avec qui je parle aussi de la pluie et du beau temps. Mon fils aîné est en charge de l’achat de la salade et des fruits, les producteurs le connaissent et l’attendent le samedi matin. J’ai sympathisé avec mon producteur de fromage qui m’a invitée à venir voir ses vaches. Bref, rien ne vaut le contact humain pour moi. Pour ce qui est de l’épicerie, c’est pareil, le contact humain est primordial, le geste pour la planète aussi, et puis ça prend peu de temps. Tarer, remplir ses contenants, peser, et c’est fini ! Et quand je rentre de mes courses, j’ai juste à ranger dans mes placards et dans mon frigo, et quel bonheur de n’avoir aucun emballage à jeter à la poubelle !!

A venir, dans des prochains articles, des exemples de repas chez nous, pour vous montrer par exemple pourquoi j’arrive à faire 3 repas avec seulement 300g de pâtes. 😉

Voilà, je sais que j’ai encore des ajustements à faire, pour arriver notamment à avoir encore moins d’emballage et surtout pour arrêter de contribuer économiquement à la vie des supermarchés, qui vivent sur notre dos et sur le dos des producteurs, mais je suis contente de moi, et surtout je trouve cette façon de faire absolument pas contraignante, donc je ne compte pas m’arrêter en si bon chemin. De plus, ce retour vers l’humain et ce geste pour la planète correspondent d’avantage à la vie que je souhaite mener, en marge de notre société qui se déshumanise de plus en plus, pour faire passer le profit avant le reste.

A très bientôt pour de nouvelles aventures, et merci de me suivre malgré mon manque de constance dans l’écriture des articles. 🙂

Publicités

2 réflexions sur “Mes courses à l’épicerie en vrac

  1. Coucou ! Comme il est bon de te lire 🙂
    En te lisant, je m’aperçois que j’ai une règle sur laquelle je ne déroge pas c’est celle du local ET du bio.
    Avec notre nouveau mode de consommation, comme toi, une routine – qui est un mot loin d’être péjoratif 😉 – dans la fréquence des provisions – et oui, là aussi j’emploie un autre terme que faire les courses. Je n’aime pas courir et au final, il n’y a rien à gagner =D – s’est installée. Je trouve qu’elle va de paire avec une meilleure gestion du budget. Ainsi quand y’en a plus, on fait avec 🙂
    Et quel bonheur ce contact humain ! Nous venons de changer de meunier et lors de notre récente première rencontre, un échange en toute simplicité et des p’tits cadeaux qui font bien plaisir 🙂
    Je suis contente aussi de lire que tu vas nous proposer des idées repas. J’ai bien progressé de ce côté là et serai ravie d’échanger avec toi à ce sujet 🙂
    A la prochaine
    Bises

    J'aime

    • Coucou !
      Merci pour ton commentaire. 😉
      Je ne cours pas spécialement après le bio pour ma part, mais avant tout après le local. Si c’est bio c’est encore mieux.
      Pareil que toi, quand il n’y en a plus on fait avec, ce qui rend créatif ! ^^ Par exemple on doit finir la semaine avec quasiment plus de desserts, je pense donc que je vais faire un gâteau.
      Pas de souci pour échanger sur les repas. Pour ma part j’essaye surtout de varier les produits, ce qui est aisé en début de semaine et moins en fin ! lol
      A bientôt 😉

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s